arrow_upward arrow_upward

Fédération UNIRC

  /  Les Echos des Retraités n° 185   /  Articles n° 185   /  La réforme des retraites reprendra-t-elle ?

La réforme des retraites reprendra-t-elle ?

Les Echos des Retraités n° 185

Un adhérent s’informe « La réforme de la retraite reprendra-t-elle une fois la COVID 19 maîtrisée » ?

Réponse : Cher adhérent : Ce n’est qu’un avis personnel, le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye a remis ses propositions au Premier ministre le 18 juillet 2019. Les concertations devaient reprendre avec les partenaires sociaux en septembre 2019.

Après les rassemblements des « gilets jaunes », puis les contestations sur les retraites, la pandémie en 2020 n’a tourné la page que provisoirement.

Bien qu’il n’occupe plus cette haute fonction, son rapport ne sera pas mis aux oubliettes ; M. Delevoye avait de bonnes propositions, des résultats d’études qui ne pouvaient évidemment pas plaire à tous les intéressés, actifs et retraités. Tout sépare les générations, en dehors de la question d’âge, les situations professionnelles, les écarts de revenus, des mentalités différentes, etc.

C’est pour cela que la réforme sera compliquée à appliquer, mais elle reviendra, évidemment. Peut-être seulement au mandat présidentiel suivant. Ce n’est pas une loi secondaire pour laquelle le législateur peut revenir la modifier l’année suivante. Nous sommes face à un problème majeur de rentabilité des retraites de plusieurs générations précédentes, y compris la retraite personnelle de chacun. Nos générations ont cotisé sans rechigner. Il y a 40 ou 50 ans, nous n’avions pas de chômage, alors qu’aujourd’hui, nous avons des millions de chômeurs qui doivent être indemnisés. Nous sommes, en gestion, à un travailleur et demi en activité, pour un retraité.

Le nouveau régime verra le jour, mais il doit être viable, équitable, et ne pénaliser personne, ni les générations en activité, ni les retraités de deux générations. Ce sera compliqué.

Voici des constatations révélées pour le futur régime universel :

. Un régime par points qui a été contesté au départ par beaucoup de travailleurs. Les régimes de retraite complémentaire obligatoire fonctionnent bien en points et leurs résultats financiers sont bons.

. Le nouveau régime restera en répartition provisionnée, qui apporte une retraite à tous.

. Changement plus important, la notion de trimestres validés, qui pénalisaient tant de départs à la retraite, n’est plus dans le projet des conditions obligatoires.

. L’âge légal de départ à la retraite : 62 ans, retraite entière 64/65 ans, décote 5 % par an entre 62 et 64 ans pour l’équilibre financier. Actuellement, la dernière réforme de 2014 a porté à 167 trimestres la durée de carrière, ce qui oblige certains travailleurs, surtout les femmes, à   travailler jusqu’à 67 ans pour ne pas subir de décote de retraite.

. Surcote de 5 % par année travaillée au-delà de 64 ans, pour ceux qui ont une carrière complète.

. Une majoration de points de 5 % par enfant dès le premier enfant.

. 10 euros cotisés donneront droit à un point de retraite pour tous, quel que soit le revenu.

. Réversion toujours réservée aux couples mariés, et la proposition de fixer peut-être à 70% des revenus du couple. Il serait proposé que la réversion ne concerne que la dernière union. En cas d’unions précédentes, la prestation compensatoire serait calculée au moment du divorce.

. Les aidants familiaux en activité auraient des points attribués au titre de la solidarité, modalités à définir. Pour les retraités, rien ne doit changer, il n’est pas question, dans le rapport, de diminuer le montant des retraites, mais attention ! Ceux qui partiraient à la retraite dans les premières années du régime auraient cinq ans pour préparer la transition du régime actuel au régime   universel.

Toutes ces préconisations verront-elles un jour leur application ?

                                                                                                          P.G.