arrow_upward arrow_upward

Fédération UNIRC

  /  Les échos des retraités n° 182   /  articles n° 182   /  Des aides sociales non réclamées

Des aides sociales non réclamées

LES ECHOS DES RETRAITES n° 182 par P.G.

J’ai lu pour vous une publication d’un organisme officiel sur les dépenses d’aides sociales pour l’ensemble de la population vers les personnes fragilisées qui me surprend et me déçoit. « Les Echos des Retraités » favorisent quand même la circulation de ces informations auprès des adhérents UNIRC. Un bénéficiaire potentiel sur trois qui pourrait profiter des aides, ne les réclame pas !
Les raisons évoquées :

  • Le manque d’informations (on ne le savait pas)
  • La complexité administrative (trop de justificatifs)
  • On n’y aura pas droit (on nous dira « vous avez trop de revenus »)
  • Les assurés intéressés ignorent l’existence des aides et où demander.

Il est facile de donner quelques exemples d’aides générales insuffisamment réclamées : L’ASPA (minimum vieillesse), L’APA (perte d’autonomie) ou encore l’ACS (Aide complémentaire santé).

Pour assurer sa sécurité, toute personne âgée qui vit seule, devrait être équipée d‘une téléassistance.
Comment pouvez-vous obtenir des renseignements ? Par votre caisse retraite ou adressez-vous à un CLIC, Centre Local d’Information et de Coordination Gérontologique. Il en existe environ 500 sur la France entière, mais avec une représentation inégale selon les départements. Ils peuvent couvrir un département ou une communauté de communes.
Pour les contacter, adressez-vous au conseil départemental ou au CCAS de votre commune. Dans ce cas, c’est le service de l’action gérontologique qui doit vous répondre.

 

P. G.