CONGRES 2016

Chorges

Le congrès de la Fédération UNIRC s’est réuni à Chorges dans les Hautes Alpes où plus de 200 personnes, Présidents (es) et membres de leurs bureaux, étaient présentes pour représenter leurs départements.

Rapport moral du président

Mesdames Messieurs les présidents(es), chers adhérents(es) de l’UNIRC,

Je vous remercie de venir toujours aussi nombreux. Plus de 200 personnes, c’est formidable. Le plaisir de se retrouver est
toujours aussi intense. Nous avons la présence du président du RSI Provence-Alpes et membre du bureau national du RSI François Fantauzzo représentant le président national du RSI, Gérard Quevillon, qui s’était excusé, la présence du directeur coordonnateur P.A.C.A, Benoit Serio, représentant le directeur général Stéphane Seiller, excusé également.

Mmes la présidente et la responsable de la CASS représentant la directrice du RSI Provence Alpes. Je suis très heureux que vous ayez répondu à notre invitation et vous en remercie chaleureusement. Merci à Dominique Magnan et Vacances bleues pour notre collaboration qui donne entière satisfaction. Nous avons les excuses de M. Christian Martin, président de Médicis. Toute ma reconnaissance aux administrateurs dans
la salle élus au RSI et qui défendent notre régime.

La défense au national de la protection sociale des retraités demande beaucoup de présence. La majorité politique actuelle considère que les retraités sont une population privilégiée, les retraités auraient une moyenne de patrimoine plus élevée que ceux de 30 ans. Quelle injustice y aurait-t-il dans cette affirmation, et bien d’autres comparaisons aussi surprenantes ? A contrario, si les millions de retraités arrêtaient tous leur engagement bénévole, on se rendrait compte de notre utilité, en plus d’être des consommateurs locaux. L’évolution médicosociale à notre égard a apporté, certes, des améliorations,
mais encore insuffisantes. Sur l’aspect financier, il nous a été supprimé la ½ part déductible des revenus, l’allocation pour avoir élevé 3 enfants est devenue imposable, il s’y ajoute la non revalorisation de nos retraites. La réversion qui ne décolle pas des 54% de la retraite de l’ex-conjoint, exceptée la réversion de la complémentaire retraite à 60%.

L’UNIRC n’est pas seulement une association de détente communale, qui organise les réunions sur le « Bien vieillir ». Nous avons en plus la lourde responsabilité d’être l’association de commerçants reconnue pour la défense des intérêts des retraités, parmi les associations les plus représentatives de
France. Le temps déployé en réunions pour la défense de notre protection sociale devient primordial. Lorsque nous défendons un projet d’orientation fiscale, nous ne représentons pas seulement nos adhérents, nous représentons, comme nos collègues, l’ensemble des retraités qui profitent des résultats obtenus. La retraite à laquelle chacun de nous a droit, nous ne l’avons pas volée, ce n’était pas en faisant 35h la semaine, ni cinq semaines de vacances et pas de RTT.
Alors ! Battons-nous pour conserver notre pouvoir d’achat.

Les améliorations médico-sociales : pour la génération des cheveux argentés que nous sommes, elles deviennent compliquées, le budget alloué à l’APA a certes augmenté mais il doit-être partagé entre un nombre de retraités plus nombreux.

La dernière réforme, la taxe CASA de 0,30%, améliore la prise en charge de l’APA aux personnes âgées à domicile, avec une reconnaissance des aidants amiliaux en leur accordant des aides au répit.

L’évolution économique des séniors : les modifications fiscales incessantes, la baisse du pouvoir d’achat inquiètent fortement, et avec raison, les
retraités que nous sommes. Nous devons absolument maintenir l’UNIRC à un tel niveau de reconnaissance, afin qu’elle puisse continuer d’avoir sa place dans la société de défense des retraités. Même si c’est compliqué, lassant, continuons de nous défendre, personne ne le fera pour nous.

Seconde activité importante : le fonctionnement interne de notre Fédération UNIRC. Je vous remercie tous pour le travail accompli au service des adhérents, parfois depuis plus de 20 ans sous la bannière UNIRC, assidus dans vos responsabilités. Cette solidarité, cette convivialité doit perdurer. Nous agissons avec la subvention du RSI seulement.

Présence aux A.G. de vos associations. Je reçois environ 25 invitations par an, je participe à une vingtaine, vous privilégiez le jeudi, mais je ne peux pas être partout. Ne m’en veuillez pas si je vous réponds parfois un peu tard de ma présence ou non. Nous vous remercions (j’inclus Claudette) de votre accueil tellement chaleureux. Si vous avez un problème dans votre organisation, avertissez-moi, nous essaierons, ensemble, de le régler. Cette représentation est indispensable pour connaitre l’évolution de chaque association. L’UNIRC est toujours présente sur 74 départements. Mais, de grâce, faites votre possible pour trouver vous-mêmes un président, lorsque c’est nécessaire.

Rôle des associations UNIRC très important : vous êtes le prolongement des caisses retraite /maladie sur le terrain, près des ressortissants communs du RSI . Lorsque vous connaissez des personnes en difficultés, intervenez, donnez l’adresse de l’intéressé à votre président, qui la fera suivre à votre caisse. La responsabilité d’une association prend du temps, la réglementation est plus stricte, les jeunes retraités adhérent peu. Allez, gardez le moral, toutes les associations sont à la même enseigne. Servez-vous des « Échos des retraités » en publicité.

Vos demandes d’aides à l’information au RSI : cette question intéresse les présidents qui doivent continuer leurs réunions sur les ateliers du ‘’Bien vieillir chez soi’’.

La taxe CASA : c’est pour rappeler que par cette taxe et différentes mesures fiscales, les retraités participent bien à la solidarité nationale. Les actifs paient depuis plusieurs années la journée de solidarité autonomie.

La réforme santé : depuis le 1er janv.2016, 50% du coût de la complémentaire santé sont pris en charge par l’employeur pour les actifs. Les retraités éclament le tiers-payant chez les médecins en 2017.

Revalorisations des retraites : sujet préoccupant, pendant ces trois dernières années, nous avons obtenu seulement 0,10%, ce qui fait 1 € mensuel sur 1000 € de retraite ! Si nous voulons une revalorisation de nos retraites, nous devons absolument réclamer qu’elles soient indexées sur la revalorisation des salaires (c’est une revendication).

Aides sociales du RSI : elles sont toujours bien accueillies, je vous les énumère souvent sur « Les échos des retraités » : les aides ménagères, l’amélioration de l’habitat, les aides au chauffage, etc. L’allocation décès des retraités est devenue une allocation classique, accordée selon ses critères. Le chèque « sortir plus » va se généraliser au cours de l’année 2017, pour les retraités âgés aux revenus limités, sans moyens de locomotion. Ils recevront plusieurs carnets de chèques pré-remplis pour régler un taxi.

Le magazine « Les échos des retraités » : cette tâche de bénévoles devient très lourde à assumer, les lois sont modifiées constamment. Nous faisons notre possible pour vous donner le maximum de renseignements et le plus précis possible. Je réponds toujours aux courriers et rappelle, vu le nombre de courriers reçus, que ce n’est pas l’UNIRC qui calcule votre pension, ou la réversion.

Pour la conception de ce magazine, je tiens à remercier mes collaboratrices pour leur précieuse assistance. Ecrire 20 à 25 articles, chaque trimestre, en plus des pages des groupements, parfois c’est compliqué de trouver les sujets.

Pour terminer ce rapport : les présidents ont approuvé ce rapport moral du président vécu depuis le congrès 2015. Autres activités en lien avec l’UNIRC, la représentation au RSI national, la présidence de la commission sociale nationale, la présidence du RSI des Pays de la Loire, etc. L’an prochain, j’aurai 10 ans de présidence UNIRC. Au nom des retraités, je remercie de nouveau, pour leur soutien, tous les membres du bureau et du C.A national, tous les présidents et tous ceux et celles qui ne comptent pas leur temps au service des retraités.

Dernier point, la diminution des adhérents : on ne peut pas obtenir du RSI les adresses des jeunes retraités, chaque président doit trouver des solutions. Le bouche-à-oreille sur nos activités est la meilleure publicité.

Je remercie sincèrement le RSI pour les aides à l’information, Vacances Bleues et Médicis pour leur précieuse collaboration.

Merci à tous de votre attention et très bon congrès.

Le président, Pierre Godet

 
FG - Slimoo © 2012