Edito Décembre 2014

Le 42e Congrès de notre Fédération UNIRC s’est déroulé la première semaine de novembre devant une affluence record de présidents(es) et membres de leur bureau et leurs conjoints, dans une véritable convivialité et dans la bonne humeur. Cette motivation est bénéfique pour tous, ces échanges donnent l’occasion de s’exprimer sur leurs organisations internes et ainsi apporter un nouvel élan aux associations. En venant nombreux chacun a bien compris cette nécessité.

L’Assemblée générale et le Conseil d’administration ont été suivis attentivement, nourris de débats constructifs et animés. Il est toujours enrichissant d’échanger et de conserver les meilleures propositions. Dans une France économique et sociale en pleine mutation, je pourrais dire une majorité politique en plein désarroi, auprès de laquelle nous devons sans cesse défendre nos avantages sociaux acquis, nous devons également prouver que les retraités ont toute leur place dans la société, que le pouvoir d’achat des 16 millions de retraités est nécessaire pour une relance de l’économie, à la condition de ne pas nous diminuer notre pouvoir d’achat. Nous sommes même indispensables dans les relations entre les générations, les connaissances de la vie des anciens, leur expérience, sont des bibliothèques vivantes.

Si nous étions si nombreux au congrès, c’est aussi, pour une autre raison, chacun avait envie de dénoncer son ras le bol des sanctions sociales qui deviennent évidemment sanctions fiscales pour un grand nombre parmi nous. Nous allons devoir démontrer que les pouvoirs politiques doivent prendre en compte les revendications des retraités.
Il est normal que nous participions à la solidarité nationale, mais dans la mesure de nos moyens, 50 % des retraités indépendants sont non imposables, ce qui donne bien la mesure de nos retraites. Je crois que nous avons déjà été ponctionnés suffisamment depuis deux ans. Vous pourrez lire dans ce magazine nos résolutions.
Durant l’année qui se termine les représentations nationales se sont multipliées. Mon rôle est de représenter l’UNIRC dans les instances politiques, sanitaires et sociales, défendre les l.140.000 retraités du commerce, et même les 2.050.000 retraités indépendants. Ensuite, informer les adhérents UNIRC des évolutions des lois sociales relatives aux retraités, par le biais du magazine trimestriel ‘’Les Echos des Retraités’’.
Par la diversité de nos actions, les associations UNIRC, c’est indéniable, sont un véritable lien pour les retraités indépendants. Nous restons convaincus que nous devons continuer de nous défendre, personne ne le fera pour nous. Ensemble, nous avons la conviction de pouvoir faire aboutir nos revendications.
Nous devons recruter de jeunes retraités, pour cela, nous avons besoin de l’aide du RSI. Dans leurs interventions respectives le Président national et le Directeur Général du RSI en ont bien conscience, nous espérons leur soutien rapidement.
Je termine en vous souhaitant à toutes et à tous un JOYEUX NOËL et en vous offrant tous nos MEILLEURS VŒUX, en particulier de BONNE SANTE avec une pensée particulière pour les personnes malades ou dans la peine.

Bonne et Heureuse année 2015

Le Président
Pierre GODET

 
FG - Slimoo © 2012