Edito juillet 2018

Ce deuxième magazine 2018 nous amène à l’été, le plaisir de retrouver du beau temps, enfin ! Espérons-le, tout notre corps réclame du soleil.


Continuons notre activité au service des retraités dans l’actualité politique, économique, sociale, fiscale. Quelles seront les reconnaissances que vont avoir les travailleurs indépendants dans la société de demain après la disparition de notre régime et notre regroupement avec le régime des salariés ? Notre défense des acquis des retraités sera également modifiée fin 2018 par la désignation de nouveaux conseillers, dans chaque région, par les trois syndicats professionnels. Les retraités vont conserver 1/3 de conseillers, comme aux élections précédentes. Nous sommes impatients de connaitre le fonctionnement de la commission sociale, son budget 2019 et pour les années suivantes...

J’ai eu l’occasion d’échanger avec vous, chers adhérents, lors des nombreuses assemblées générales auxquelles j’ai participé au cours du printemps, avec mon épouse. Nous vous remercions de votre accueil chaleureux ; c’est un réel plaisir de partager ces moments, même s’ils sont souvent trop rapides. Une ambiance amicale règne dans tous les groupements UNIRC.

L’évolution de notre protection sociale et notre avenir sont des sujets de discussions fournies et parfois anxiogènes.

Continuez de faire vos demandes sociales sur vos travaux d’habitation, tout ce qui apporte une sécurité dans votre habitation ; s’appareiller de prothèses auditives et dentaires, c’est la même chose, n’attendez pas. Pour l’optique, qui s’est améliorée depuis un an, attention ! Une paire de lunettes tous les deux ans est autorisée par votre contrat ’’complémentaire santé’’ sauf pour les personnes qui peuvent démontrer le changement indispensable, justifié par une visite médicale à l’appui.

Que doit-on penser de l’évolution du reste à charge zéro en remboursement maladie ? Les pouvoirs publics sont en forte discussion pour savoir qui prendra ce complément en charge. Peut-être un partage du régime de Sécurité sociale avec les "complémentaire santé" et une part par les professionnels de santé concernés. Autre hypothèse, l’État pourrait prendre en charge directement, s’il trouve un bas de laine qui rendrait la pilule fiscale moins indigeste pour les contribuables, ce qui est souhaitable.

Que nous le voulions ou non, les associations de retraités vont devoir continuer de défendre les adhérents, particulièrement ceux qui ont de faibles revenus. Nous allons suivre de près les conditions d’exonération des taxes d’habitation dont les retraités devraient bénéficier à la fin de l’année 2018. J’espère que nous recevrons plus d’explications que pour la CSG ; beaucoup de retraités ne s’y retrouvent pas dans la taxation supplémentaire, certains ont 15 % de prélevés sans comprendre la déduction, le service des impôts se retranche derrière le fait qu’ils veulent les revenus bruts de fin 2017.

Quant aux prélèvements des impôts à la source, nous y reviendrons dans le prochain magazine. Cet « Échos des retraités » sera encore un magazine de rodage.

Certains groupements n’ont pas suivi la consigne de diminuer la longueur des réunions passées et les récits d’assemblées générales.

Je vous souhaite à toutes et tous un bon été, une bonne santé, n’oubliez pas de vous hydrater.

Le président, Pierre GODET

 
FG - Slimoo © 2012